Non classé

Une saison à la petite boulangerie, de Jenny Colgan

Une saison à la petite boulangerie, de Jenny Colgan aux Éditions Prisma/Pocket.

Quatrième de couverture :

Polly Waterford coule des jours heureux sur la paisible île de Mount Polbearne, dans les Cornouailles, entre le grand phare dans lequel elle s’est installée avec Huckle, son boyfriend, et la petite boulangerie où elle prépare chaque jour, avec passion, d’irrésistibles pains dorés. Mais lorsque le nouveau propriétaire de sa boutique fait irruption sur l’île, Polly réalise que son bonheur pourrait bien être réduit en miettes… Avec une pincée de fleur de sel, des kilos de farine et une bonne dose de volonté, réussira-t-elle à surmonter les obstacles qui se dressent sur sa route ?

Mon opinion :

Quel bonheur de retrouver Polly, Huckle et Neil ainsi que le petit village de Mount Polbearne. J’ai souvent été déçu par les suites, mais là pas du tout. L’histoire est bien ficelée comme toujours, elle reste dans la continuité du premier livre « la petite boulangerie du bout du monde ». Jenny Colgan a gardé la même ligne Lire la suite « Une saison à la petite boulangerie, de Jenny Colgan »

Non classé

Les yeux couleur de pluie, de Sophie Tal Men

Les yeux couleur de pluie, de Sophie Tal Men aux Éditions Albin Michel/Le livre de poche.

Quatrième de couverture :

Étudiante en médecine, Marie-Lou est, du jour au lendemain, affectée à Brest. Autant dire le bout du monde pour celle qui n’a jamais quitté sa Grenoble natale. Une nouvelle existence commence alors pour elle, loin des siens, de ses montagnes : il va falloir s’habituer au climat, à la région, à la collocation, aux collègues… Surtout, c’est l’insouciance et la légèreté de ses vingt-cinq ans qui vont être confrontées à la dure réalité du monde hospitalier. Une nuit, elle croisera Matthieu, interne en ORL. Ce loup solitaire, mystérieux et poétique, arrivera-t-il à lui faire une place dans sa vie ?
Rencontres, passions, non-dits, péripéties drôles ou dramatiques… un plaisir de lecture, un roman sensible et plein de fraîcheur qu’on ne lâche pas.

Mon opinion :

Un premier roman excellent, frais et divertissant. Dès les premières pages, j’accroche à l’univers de Marie-Lou, normal, elle me raconte Brest, ses environs et tout un tas d’endroits que je connais. J’aime beaucoup la plume de l’auteur qui est simple et fluide. J’ai adhéré au milieu médical et à la vie des internes qu’elle nous décrit, un peu à la Grey’s Anatomie. J’ai adoré Lire la suite « Les yeux couleur de pluie, de Sophie Tal Men »

Non classé

Les règles d’usage, de Joyce Maynard

Les règles d’usage, de Joyce Maynard aux Éditions 10/18.

Quatrième de couverture :

Wendy, treize ans, vit à Brooklyn. Le 11 septembre 2001, son monde est complètement chamboulé : sa mère part travailler et ne revient pas. L’espoir s’amenuise jour après jour et, à mesure que les affichettes DISPARUE se décollent, fait place à la sidération. Le lecteur suit la lente et terrible prise de conscience de Wendy et de sa famille, ainsi que leurs tentatives pour continuer à vivre.
Le chemin de la jeune fille la mène bientôt en Californie chez son père biologique qu’elle connaît à peine – et idéalise. Son beau-père et son petit frère la laissent partir le cœur lourd, mais avec l’espoir que cette expérience lui sera salutaire. Assaillie par les souvenirs, Wendy est tiraillée entre cette vie inédite et son foyer new-yorkais qui lui manque. Elle délaisse les bancs de son nouveau collège et, chaque matin, part à la découverte de ce qui l’entoure, faisant d’étonnantes rencontres : une adolescente tout juste devenue mère, un libraire clairvoyant et son fils autiste, un jeune à la marge qui recherche son grand frère à travers tout le pays.

Mon opinion :

J’attendais cette lecture avec impatience, aux vues des commentaires que j’avais lus sur Instagram. L’histoire de Wendy est touchante, je me suis attachée à elle, j’ai partagé sa douleur. Je rejoins l’auteur, sur les règles en matière de deuil, comment doit-on faire, combien de temps est-il permis de pleurer, a-t-on encore le droit de rire, au bout de combien de temps la douleur s’estompe, quelles sont les règles, beaucoup Lire la suite « Les règles d’usage, de Joyce Maynard »

Non classé

En voiture Simone, d’Aurélie Valognes

En voiture Simone, d’Aurélie Valognes aux Éditions Michel LAFON et Le livre de poche.

Quatrième de couverture :

Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et… trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée ; Laura, végétarienne angoissante ; Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l’arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu.
Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d’une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s’incruste. Mélangez, laissez mijoter… et savourez !

Mon opinion :

Quel réveillon ! Si l’envie d’une satire familiale désopilante vous tente. Aurélie Valognes nous raconte l’histoire de Jacques et Martine et les rapports compliqués qu’ils entretiennent avec leurs 3 fils et leurs 3 belles-filles. J’ai retrouvé toutes mes expressions favorites à chaque début de chapitre (les chiens ne font pas des chats, tourne sept fois ta langue, c’est dans les vieux pots, chercher midi à 14 h et j’en passe). Une très belle histoire de famille, dans un cadre breton, puisque l’action se déroule Lire la suite « En voiture Simone, d’Aurélie Valognes »

Non classé

Un début de troisième roman difficile…

Un début de troisième roman difficile…

Alors que mon deuxième livre sort le 5 juin sur Amazon, j’ai déjà commencé à écrire mon troisième roman.

Cette fois-ci, mon histoire se déroule à Saint-Quay-Portrieux, ville chère à mes yeux, j’y passe tous mes étés, j’y ai rencontré mon âme sœur à 11 ans et tout un tas de souvenirs qui sont mon jardin secret…

Oui, mais, parce qu’il y a un, mais ! Je commence par ouvrir mon petit cahier, j’ébauche mes personnages sur les pages blanches qui se remplissent à une vitesse vertigineuse. Je synthétise mon histoire et les chapitres qui vont se dérouler au fil de mon récit et je commence à écrire, bien sûr, je ne fais pas tout ça dans la même journée…

Et c’est parti ! Premier chapitre, deuxième chapitre, je m’interroge, quelque chose m’agace. Je sais ce qui me chagrine, j’ai mis le doigt dessus, mais il faut que je saute le pas et j’ai du mal, c’est tellement facile de se cacher derrière les mots… Du coup, je le laisse de côté et je me concentre sur mon futur déménagement, sauf que, tous les soirs, au moment de sombrer dans les bras de Morphée, cette petite contrariété vient s’inviter alors que je ne pense qu’à dormir.

Allez, je vous explique ce qui me chatouille : Lire la suite « Un début de troisième roman difficile… »

Non classé

Dans l’attente des premiers retours, le stress est à son paroxysme…

Dans l’attente des premiers retours, le stress est à son paroxysme…

Voilà, le livre ne m’appartient plus, il est entre les mains de mes fidèles lectrices-testeuses.

Maintenant à moi le stress et l’attente. L’attente qu’elles le lisent, car elles n’ont pas que moi, des services de presse de grandes maisons d’édition les sollicitent aussi. L’attente d’avoir leur premier avis, et, c’est ici que se situe mon stress. Ressentiront-elles l’émotion que j’ai voulu véhiculer au travers de mes personnages ? L’histoire va-t-elle leur plaire ? Autant de questions dont pour l’instant je n’ai pas les réponses.

Lorsque j’ai fini d’écrire Juste une mise au point, j’étais tellement contente de moi que j’ai tout fait dans la précipitation. J’ai fait les corrections moi-même, avec l’aide de ma fille et d’Antidote et j’ai envoyé aux maisons d’édition. Quelle idiotie ? Très rapidement, j’ai eu des retours positifs d’éditeurs, yes, super !!! STOP ! Fausse joie, c’était des maisons d’édition à compte d’auteur, ce qui signifie que c’est moi qui devais avancer tous les fonds pour sortir mon livre : dans ce cas autant le faire moi-même et toucher tous les bénéfices. Puis une maison d’édition réputée m’a répondu que je ne pouvais pas envoyer mon manuscrit sans qu’il ait été relu/corrigé par un professionnel, elle m’a donc orienté vers un site qui me permettrait de réparer cette erreur. De plus, savoir se vendre est nécessaire et c’est loin d’être évident pour moi qui n’aime pas me mettre en avant.

J’ai trouvé un correcteur, j’ai fait le travail de modification et effectivement le résultat s’en ressentait. Les réponses négatives ont continué à affluer, plus j’avançais, plus je comprenais là Lire la suite « Dans l’attente des premiers retours, le stress est à son paroxysme… »

Non classé

TA NOUVELLE VIE COMMENCE ICI, EXTRAIT N° 4

Son train était annoncé sans retard, elle monta dans le wagon, une fois sa place trouvée, elle se cala dans son siège. Elle était heureuse d’en avoir fini et de ne revenir que dans un mois. Elle avait affiné avec Didier les petits détails qui avaient posé problème dans leur nouvelle organisation de travail. Alex l’avait accompagnée à la gare, ils avaient pu discuter de ses sentiments pour Erwan. Alex avait cette part de féminité qui manquait à Didier, cela se ressentait dans leur couple. Elle éprouvait un pincement au cœur de les laisser mais aucun regret de quitter Paris.

Elle devait arriver en milieu d’après-midi à Paimpol. La veille, Erwan avait téléphoné, ils avaient parlé pendant plus de quatre heures. Chacun s’était un peu dévoilé et la conversation avait vite pris un chemin coquin. Erwan lui avait promis une surprise à son retour, elle rêvassait à ce que cela pourrait être quand le train démarra enfin. Elle sortit ses dossiers pour travailler, elle souhaitait profiter au maximum de sa soirée.

Il était là, à l’attendre avec Câline, accoudé au muret de l’embarcadère. La chienne se jeta sur sa maîtresse pour lui faire une fête endiablée, preuve qu’elle s’était remise de sa mésaventure. Une fois l’animal calmé, elle le regarda. Elle s’avança vers lui, lâcha son sac ; il fit les trois pas qui les séparaient, Lire la suite « TA NOUVELLE VIE COMMENCE ICI, EXTRAIT N° 4 »

J'ai lu

La pâtissière de Long Island de Sylvia Lott

La pâtissière de Long Island de Sylvia Lott aux Éditions J’ai Lu.

Quatrième de couverture :

Au début des années 1930, la jeune Marie est forcée de quitter le foyer familial : son père, catholique, s’oppose à sa relation avec l’instituteur protestant du village et l’envoie rejoindre ses deux frères installés à New York. Après un temps d’adaptation difficile dans un monde bien loin de sa Frise natale, elle entreprend de conquérir la ville et ses élites culturelles grâce à une recette de cheesecake qu’elle adapte avec les ingrédients locaux. Soixante-dix plus tard, Rona, sa petite-nièce qui vit en Allemagne est en pleine crise professionnelle et personnelle lorsqu’elle rend visite à Marie. Celle-ci lui raconte l’histoire de sa vie et lui confie avant son retour la recette du fameux cheesecake lui offrant ainsi la possibilité d’un nouveau départ.

Mon opinion :

Un livre facile à lire, on entre tout de suite dans l’histoire. Pour moi, trop de détail concernant les paysages, cela donne un côté redondant à la lecture. Beaucoup de personnages, au début, un peu dur à identifier, on s’y perd, mais très vite seuls les principaux restent. Le roman à la même Lire la suite « La pâtissière de Long Island de Sylvia Lott »

Non classé

Une interview en passant…

Aujourd’hui pour changer, pas de petit billet écrit !

Eh oui ! J’ai eu l’occasion dernièrement d’être interviewée par une étudiante de la Faculté d’Avignon. Elle souhaitait rencontrer un écrivain qui s’autopublie.

Elle a réalisé ce petit montage et me l’a gentillement envoyé. Je vous laisse le découvrir.

N’oubliez pas la sortie de « Ta nouvelle vie commence ici », le 5 juin sur Amazon. La précommande pour les ebooks est ouverte.

 

Non classé

TA NOUVELLE VIE COMMENCE ICI, EXTRAIT N° 3

En ce dimanche de novembre, Erwan terminait la cuisson d’un far breton. Il comptait s’inviter pour le goûter chez Solène, il était affecté à l’idée qu’elle parte le lendemain. Il craignait qu’elle ne revienne pas. Il prenait plaisir à la découvrir un peu plus chaque jour, aller travailler pour elle tous les matins et passer du temps à ses côtés le rendait euphorique. Ses amis le lui avaient fait remarquer, il s’en était défendu bien qu’au fond de lui, il admettait qu’ils avaient vu juste. Il n’arrivait pas à se déclarer auprès de Solène, il sentait bien que l’attirance était réciproque mais il était maladroit avec les femmes, et l’échec de sa dernière histoire avait eu raison du peu de confiance qu’il avait en lui. Il s’était rasé de près et avait fait un effort vestimentaire, il lui fallait maintenant patienter jusqu’à 16 h. Il se cala dans son fauteuil préféré au coin du feu et prit le bouquin qu’il essayait vainement de terminer depuis un mois. Dès qu’il se plongeait dedans, ses pensées vagabondaient vers Solène, résultat, il n’avançait pas dans sa lecture.

Solène s’était installée sur Lire la suite « TA NOUVELLE VIE COMMENCE ICI, EXTRAIT N° 3 »