Publié dans Non classé

Une évidence d’Agnès Martin-Lugand

Une évidence d’Agnès Martin-Lugand aux Éditions Michel Lafon

Synopsis :

Reine mène une vie heureuse qu’elle partage entre son fils de dix-sept ans et un métier passionnant.
Une vie parfaite si elle n’était construite sur un mensonge qui, révélé, pourrait bien faire voler son bonheur en éclats…

Mon opinion :

Je ne me suis pas précipitée pour lire ce livre car j’ai été très déçue par le dernier « A la lumière du petit matin ». Dès les premières lignes, j’ai retrouvé avec plaisir, le style Martin—Lugand qui m’avait tant manqué dans le dernier livre. Un pur régal Lire la suite de « Une évidence d’Agnès Martin-Lugand »

Publié dans COMBES Bruno, J'ai lu

Seulement si tu en as envie de Bruno Combes

Seulement si tu en as envie de Bruno Combes aux Éditions Michel Lafon.

Quatrième de couverture :

Vu de l’extérieur, Camille mène une vie parfaite : mariée à un homme de bonne famille, avocate de renom, deux enfants… Et pourtant son mariage s’épuise. Son mari la délaisse, sa belle-famille se montre méprisante, sa fille adolescente reste focalisée sur son téléphone portable, seul son fils, Lucas, lui apporte un peu de réconfort. Alors quand le premier garçon qui a fait battre son cœur la recontacte après vingt-sept ans, elle se laisse emporter dans un tourbillon de sentiments. Stephen est bouquiniste, et vit entre ses librairies de Paris et de Londres. Elle profite d’un déplacement professionnel en Angleterre pour le revoir. Lui n’a jamais cessé de l’aimer et elle retombe sous le charme. Pourtant, Camille met fin à leur relation. Elle tient trop à ses enfants pour mettre en danger sa vie de famille. Quelques mois plus tard, elle reçoit un manuscrit écrit par Stephen.

Mon opinion :

Au détour d’une balade dans une librairie, je tombe sur cet ouvrage, la couverture rigolote m’attire, le titre me nargue, en ai-je envie ? Le résumé de l’histoire finit de me convaincre que c’est un livre pour moi et hop, il est acheté. Et wouahhhhhh, Lire la suite de « Seulement si tu en as envie de Bruno Combes »