Non classé

Parce que c’était toi… de Bruno COMBES

Parce que c’était toi… de Bruno COMBES, aux Éditions Michel LAFON.

Quatrième de couverture : 

À l’âge de seize ans, ils s’étaient juré un amour éternel. Vingt-sept ans plus tard, ils se sont retrouvés et rien n’a pu empêcher cette passion de renaître. Ni les deux beaux enfants de Camille, ni Richard, son mari, et son associé dans leur cabinet d’avocats.
Mais peu à peu Stephen, totalement libre, lui, ne peut plus supporter cette liaison et somme Camille de choisir. Bouleversée par cet ultimatum, celle-ci a un accident de voiture où sa fille est blessée et elle-même très atteinte, surtout psychologiquement.
Stephen, bien sûr, ne peut pas aller la voir, toute sa famille est autour d’elle. Mais il la bombarde d’appels, lui demande pardon… Camille est rassurée : dès qu’elle ira mieux, tout recommencera comme avant. Sauf que tout change…

Mon opinion :

J’attendais impatiemment cette suite et je suis tombée amoureuse de sa couverture dès que je l’ai vu. J’ai adoré retrouver les petits préludes au début de chaque chapitre et la magnifique plume de Bruno Combes qui me parle si bien d’amour. J’étais heureuse de retrouver Camille, Stephen et les autres…Alors, pourquoi ai-je eu autant de mal dès les 15 premières pages à replonger dans la suite de l’histoire ? Je ne comprenais pas, j’avais tellement hâte de replonger dans leur aventure. J’ai cherché et j’ai trouvé, il m’a manqué le côté passionnel du premier volet « Seulement si tu en as envie… ». L’histoire est dans la continuité mais cette fois Camille est au pied du mur et doit choisir entre la raison et la passion. Je sais que les choix sont durs à faire dans la vie mais quitte à choisir la raison, j’aurais souhaité découvrir dans ce cas, un Richard passionné, décider à se battre pour reconquérir sa femme. Pour moi, Richard manque cruellement de combativité et de charisme. La fin est toute en douceur et en tendresse. Donc pas totalement convaincue, mais j’ai quand même apprécié cette lecture, malgré ce qui m’a manqué j’ai passé un agréable moment de lecture.

Citation :

— p 29 : Si cet amour existe, alors ne me réveille pas, laisse-moi croire que les rêves ne s’envolent pas au petit matin.

— p 290 : Non, tu ne diras rien, je le sais, car tu auras compris que c’était la seule solution, l’unique espoir de sauver notre amour. Il sera là, à côté de nous à chaque instant de notre vie. Il sera là pour l’éternité.

— p 320 : Peut-être parce que c’était toi, sans doute parce que c’était toi.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s